La Technique Alexander – Application entre les leçons

Entre les leçons, l’élève continue à appliquer les procédures apprises. D’abord dans des activités simples et ensuite dans des activités ou des situations plus complexes ou plus stressantes.
L’élève apprend à reconnaître dans toute activité la mauvaise utilisation générale et habituelle d’elle ou de lui-même, dont un symptôme particulier l’a amené chez le professeur de Technique Alexander.
Bien que certains élèves se contentent de profiter des bienfaits et des soulagements que leur procurent les leçons et n’y pensent pas beaucoup entre les leçons, la très grande majorité des élèves comprend très vite que l’application des procédures en dehors des leçons est vitale pour celle ou celui qui veut développer un contrôle conscient et ne plus dépendre facilement de réactions habituelles.

Qu’est-il attendu de l’élève?

Simplement de reproduire dans la vie courante ce qu’elle ou il a appris au cours des leçons, de reproduire ce même processus dynamique qui lui a permis au cours des leçons de connaître un état de meilleure coordination dans le mouvement. Elle ou Il va apprendre à s’approprier par l’expérience réelle les procédures développées au cours des leçons

Dans des situations simples au début et seul(e) de préférence, où elle ou il peut contrôler tous les parmètrès, elle ou il va apprendre à se dire non et à posposer une action. Par exemple, à ne pas réagir directement au désir de s’emparer du téléphone dès qu’il sonne, mais de se laisser le temps de retrouver un certain calme intérieur et une meilleure coordination avant de répondre. De même, avant de faire un mouvement, pour boire une tasse de thé ou enfiler une veste, elle ou il marquera le temps d’arrêt nécessaire à une initiation correcte du mouvement.

Au fur et mesure des leçons, le processus s’affinera et l’élève sera progressivement à même de reconnaître plus facilement et plus vite les signes avant-coureurs de la mise en place d’une mauvaise habitude de mouvement ou autre car elle ou il aura appris à créer un état préalable et constant d’expansion du corps.

Progressivement, elle ou il réalisera que cet état préalable de coordinaiton générale consciente est un prérequis indispensable pour rester conscient au moment où des tensions néfastes se mettent en place, et que le corps s’affaisse ou se raidit pour s’adapter à l’inconfort. Cet état préalable d’expansion du corps permet une vigilance et une correction consciente de la tendance à mal s’utiliser dans des situations stressantes, des positons inconfortables ou des tâches très exigeantes ou fatiguantes.

L’élève découvrira d’elle ou de lui-même que sa manière de s’utiliser et d’être au moment où elle ou il doit bouger ou réagir vont déterminer les schémas de tensions qui vont sous-tendre sa coordination au moment de l’action. Elle ou Il va donc apprendre à priviligier sa coordination sur son activité pour pouvoir empêcher des habitudes néfastes de se mettre en place au moment où elle ou il va se pencher pour exécuter une tâche, ouvrir la bouche pour parler ou prendre son courage à deux mains pour affronter une situation nouvelle.

Au cours des leçons, le professeur pourra constater les progrès réalisés dans la stimulation du contrôle corporel primaire et déceler les insuffisances, les malentendus; les incompréhensions ou les égarements et rediriger l’élève vers une application plus consciente et plus constructive de l’utilisation de l’élève qui repartira mieux équipé.



Alexander Technique Brussels