Commentaires sur la Technique Alexander

Quelle que soit l’activité concernée, à chaque instant de notre vie, chacun de nous met en œuvre, sans y penser, une certaine manière d’utiliser sa propre personne pour atteindre ses objectifs.

A la charnière entre le 19ème et le 20ème siècle, le comédien Frederick Matthias Alexander (1869-1955) a été amené à étudier de très près cette question un peu bizarre, tout d’abord à des fins personnelles, et par la suite, il a découvert que l’usage que l’individu moyen fait de lui-même dans ses diverses activités limite toujours plus ou moins la qualité de ses performances. Il a également mis en évidence le fait qu’un usage de nos mécanismes non adapté aux principes de leur fonctionnement naturel, tout en constituant un obstacle plus ou moins important vis-à-vis de l’exécution correcte de l’activité concernée et de l’obtention de l’objectif désiré, interfère avec ce fonctionnement naturel, exerce une influence néfaste et permanente sur les organes constituant ces mécanismes, et finit par engendrer, sur le long terme, toutes sortes de déformations et maladies chroniques, et en fin de compte, des vies qui auraient pu être plus réussies.

L’usage de soi est une donnée sous-jacente à l’existence. Presque insaisissable bien qu’omniprésent, il se développe en fonction de notre environnement socioculturel, de notre vécu, de notre éducation, de notre profession, de certaines prédispositions… Il se situe à un niveau global : jamais purement mental, jamais purement physique. On ne peut le modifier directement : cela reviendrait à cultiver les procédures mêmes que l’on souhaite changer !! En fait, il ne peut y avoir de véritable changement de l’usage de soi sans un changement correspondant de la personne, non seulement dans ses attitudes mentales et physiques les plus fondamentales, mais aussi dans la clarté de la perception qu’elle a d’elle-même. En travaillant sur nos habitudes corporelles, la Technique FM Alexander permet de prendre conscience de schémas d’utilisation de plus en plus nombreux, et par conséquent, de développer notre capacité à contrôler nos réactions psycho-physiques aux diverses circonstances de la vie, que les stimuli proviennent de l’intérieur ou de l’extérieur de l’individu.

Il est communément admis que, sur le long terme, les décisions et les choix d’après lesquels nous nous comportons envers nous-même déterminent pour une large part la qualité de notre vie. Le problème, c’est que l’usage de soi se développe par nature de manière complètement subconsciente, instinctive et irraisonnée, exactement comme chez le chat ou le chien, et qu’à l’heure actuelle, une conduite fondée sur des habitudes qui se sont mises en place de manière instinctive et irraisonnée n’est plus susceptible d’offrir des réponses adaptées à un environnement civilisé de plus en plus complexe, et qui évolue de plus en plus rapidement au fil des générations. Alexander disait lui-même : “The conscious mind must be quickened.”

Renaud Person , élève de la Technique Alexander (2005)
La Technique Alexander – Une mini-introduction


“La compréhension complète du système ne peut venir que de sa pratique. Tout ce que, à partir de mon expérience personnelle et de mes observations, je juge nécessaire de rappeler ici est qui’il nous offre tout ce que nous sommes en droit d’attendre d’un système d’éducation physique : soulagement des tensions dues au malajustement et une amélioration conséquente de la santé physique et mentale; une augmentation de la conscience des moyens physiques employés pour atteindre les buts que nous nous donnons, en même temps que l’élévation générale de la conscience sur tous les plans ; une technique de l’inhibition, agissant sur le plan physique pour empêcher le corps de reprendre ses anciennes habitudes de mauvaise coordination, dues à la tendance compulsive à aller droit au but, et permettant (par une sorte d’analogie organique) de réfréner des impulsions émotionnelles indésirables et des attitudes mentales inadéquates. Nous ne pouvons espérer plus d’un système d’écucation physique ; ni moins, si nous désirons sérieusement changer l’être humain pour lui offrir une meilleure direction.” (Ends and Means – 1937 (La fin et les moyens)

aldoushuxley

Aldous Huxley, écrivain


«Alexander n’a pas seulement ouvert le chemin à une science des mouvements involontaires que nous appelons réflexes, qui laisse entrevoir des implications très prometteuses, mais a aussi créé une technique de correction et de maîtrise de soi qui représente une addition substantielle à nos ressources plutôt maigres dans le domaine de l’éducation.»

George_bernard_shaw

George Bernard Shaw, écrivain


« Dans ce bref exposé, je ne peux faire plus que recommander la Technique Alexander et la décrire comme une forme extrêmement raffinée de rééducation ou plutôt de redéploiement de tout l’équipement musculaire et à travers lui de beaucoup d’autres organes. En comparaison, les effets de nombreuses formes de physiothérapies aujourd’hui couramment pratiquées apparaissent plutôt grossiers et limités, quelquefois même nuisibles au reste du corps.» (Discours de réception du Nobel de Médecine – 1973)

Nikolaas_Tinbergen_1978

Niklaas Tinbergen, éthologue


«Je trouve la Technique Alexander très bénéfique dans mon travail. Les choses arrivent sans que vous essayiez. Vous connaissez alors la légèreté et la détente. Vous devez trouver un professeur Alexander pour vous en rendre compte.»

John_Cleese

John Cleese, acteur


« Mr Alexander a rendu service au sujet (en parlant de l’élément réflexe dans le mouvement volontaire et la posture) en traitant systématiquement chaque acte comme impliquant l’individu intégré tout entier, l’homme psychophysique pris dans sa globalité. Faire un pas n’implique pas seulement un membre ou un autre, mais concerne l’activité neuromusculaire totale du moment –la tête et le cou n’étant pas des moindres.»

Charles_Scott_Sherrington2

Sir Charles Sherrington, neurophysiologiste, prix Nobel de médecine en 1932


«La Technique Alexander a transformé ma vie. C’est la création d’un génie. Je la recommande à tout le monde.»

Tony Buzan, inventeur de Mind Maps et spécialiste du fonctionnement du cerveau.


«Grâce à la Technique Alexander, j’ai été capable de courir à nouveau après 25 années de difficultés suite à des traumatismes, au point de battre 10 records pour vétérans en 1982.»

Paul Collins, professeur de Technique Alexander, marathonien


«La Technique Alexander est une alternative réaliste aux bêta bloquants dans le contrôle de l’élévation de la pression sanguine par le stress.»

Ostergaard, cardiologue


«Grâce à la Technique Alexander, j’ai pu me débarrasser d’un mal de dos que je traînais depuis longtemps, améliorer ma position sur la selle et ma manière de monter. Les cavaliers qui se mettent à la Technique Alexander s’améliorent toujours.»

Daniel Pevsner, Fellow of the British Horse Society.


« Vu l’état actuel du monde, il est évident que nous nous somme mis dans une situation périlleuse en ayant réussi à maîtriser les énergies naturelles, la chaleur, la lumière, l’électricité, etc, … sans nous être assurés au préalable de la maîtrise de nous-mêmes. Si une technique pouvait être créée qui puisse permettre aux individus de réellement s’assurer d’un usage correct d’eux-mêmes, l’élément responsable de l’usage final qui sera fait de toutes autres formes d’énergie serait également sous contrôle. Mr Alexander a créé cette technique.»

john dewey recadré

Pr John Dewey, philosophe et élève de F.M. Alexander.


«L’opinion scientifique admet que l’homme est imparfaitement adapté à son environnement au stade actuel de son évolution. L’importance de la Technique Alexander gît dans la primauté donnée à cette mauvaise adaptation du système neuromusculaire de l’homme et dans le fait d’avoir créé une méthode pour apprendre aux élèves un usage correct, ou plutôt meilleur, d’eux-mêmes.»

Dr Peter Mac Donald, médecin, élève et ami de F.M. Alexander.


«Comment récupérer l’aplomb et l’équilibre dans le mouvement si nous l’avons perdu ou s’il est déficient ? Le chemin le plus rapide de la rééducation neuromusculaire est sans conteste celui qui nous conduit dans les mains de praticiens qualifiés d’une technique appropriée. La technique élaborée par Alexander est appropriée car elle est basée sur une donnée biologique fondamentale, le fait que le rapport entre la tête et le cou est le rapport premier à établir dans tout positionnement ou mouvement du corps. Mais que peut faire l’individu seul sans l’aide d’un expert ? Alexander lui-même voit peu d’espoir pour l’individu travaillant seul au-delà des corrections qu’il peut apporter à lui-même dans sa manière de bouger en travaillant devant un miroir, méthode qu’il a lui-même suivie pour l’amélioration de l’usage de son propre corps et qui a conduit à la découverte des principes importants à la base de sa technique»

Raymond Arthur Dart (1893-1988)

Raymond Dart, anthropologue, découvreur du premier crâne de Néanderthalien.


“Je considère le travail d’Alexander comme l’un des accomplissements les plus sous-estimés du 20ème siècle. Je trouve surprenant qu’il comparativement si peu connu ou reconnu, car je suis convaincu que dans le futur son importance sera mise sur le même que le travail de Newton, d’Einstein et surtout de Darwin.”

Walter Carrington, Assistant d’Alexander et l’un des continuateurs de son oeuvre.


Alexander Technique Brussels

This page is also available in: Anglais