La Technique Alexander et la méditation

L’Occident connaît un regain d’intérêt pour la sagesse et les techniques importées d’Orient qui prônent la transcendance et le respect des lois de l’Univers. Ces techniques sont très nombreuses, certaines plus connues que d’autres, comme le Zen dont le terme est passé dans le langage courant, avec la perte de sens que cela entraîne.

Même si ces techniques visent l’unité, les conditions de vie occidentales sont fort peu compatibles avec les exigences d’origine et les modes de vie qui les ont générées.

L’application des instructions pour se mettre dans les postures de méditation de certaines écoles est souvent un grand défi pour l’Occidental rationnel et à l’être divisé.

Il ne peut comprendre que créer les conditions pour méditer ne lui viennent pas naturellement, qu’il ne suffit pas de simplement le vouloir et que, tel qu’il est, prendre une ‘position favorable’ au détachement mène souvent à autre chose qu’à une rencontre avec soi et le monde.

Parce que la Technique Alexander apprend à permettre aux mécanismes posturaux de fonctionner librement, en permettant au corps d’adopter ses schémas posturaux propres à l’intérieur d’une position imposée, elle peut aider l’aspirant aux techniques méditatives à créer consciemment les conditions physiques qui vont favoriser l’unification de son être dans le cadre d’une pratique méditative donnée. Les directives particulières qu’il reçoit de ses instructeurs prendront un sens beaucoup plus concret lorsqu’il aura fait l’expérience d’un corps qui accepte sans résistance d’être dirigé consciemment vers un meilleur équilibre et dans un champ de conscience plus élargi, englobant perceptions intérieures et perceptions extérieures.


Alexander Technique Brussels

This page is also available in: Anglais