La Technique Alexander et le stress

A la fin d’une journée de travail, trop de gens aujourd’hui éprouvent souvent des douleurs, une fatigue accablante ou des tensions musculaires excessives et acceptent ces symptômes comme allant de soi.

Les causes peuvent être nombreuses dans le vécu d’un individu qui le rendent inapte à gérer sa vie et son énergie d’une manière satisfaisante. Un facteur insufisamment pris en considération est la manière dont la personne elle-même s’utilise au cours de ses activités.

Pourtant, tous ces signaux sont la preuve d’une piètre condition posturale et d’une diminution de la sensibilité corporelle. Certain(e)s connaissent cet état de façon chronique.

On accuse le stress de la vie moderne, ce mot est dans presque toutes les bouches. Combien d’individus peuvent prétendre vivre en accord avec eux-mêmes et avec leur environnement ?

Le stress en lui-même n’est pas un mal. C’est une réaction qui fait partie de notre équipement biologique de survie, au même titre que n’importe quel autre mécanisme d’auto-régulation. Le stress, ou plutôt le syndrome général d’adaptation, comme l’a appelé Hans Selye, le premier à s’y intéresser scientifiquement et à créer le mot, est un ensemble de réactions corporelles et biochimiques qui permettent à l’individu de s’adapter à une situation quelconque de la vie, bonne ou mauvaise. Toute activité humaine est génératrice de tensions, de stress, bon ou mauvais. Eu-stress ou de-stress, comme disait Selye, pour faire la distinction, mais les préfixes sont aujourd’hui tombés. Se marier, partir en vacances ou gagner au lotto créent du stress. Perdre son conjoint, se faire agresser ou travailler avec un collègue impossible également. Ainsi qu’être un collègue impossible pour les autres et pour soi-même. C’est l’excès, encore une fois, qui nuit.

Si on peut gérer la situation et que tout rendre dans l’ordre, rien à craindre. Par contre si la stimulation est trop importante et crée un stress énorme, ou perdure indéfininement, comme le stress quotidien à petites doses, le pire est à craindre. La liste est longue des conséquences du stress, des maladies cardio-vasculaires à la dépression.

Dans la vie primitive, lorsque les mécanismes protecteurs du stress se sont mis en place pour nous permettre d’accumuler l’énergie nécessaire à l’affrontement ou à la fuite, l’homme préhistorique avait en général un temps de répit pour récupérer. La vie moderne n’offre plus ce luxe. Même les ‘vacances’ (de vacuum : le vide) sont devenues cause de stress. De plus, les zones primitives de notre cerveau responsables du syndrome de stress ne font pas de différence entre des causes réelles et des causes imaginaires liées à nos peurs, nos frustrations, nos souvenirs ou nos complexes.

Beaucoup d’approches et de thérapies psycho-coporelles peuvent aider l’individu stressé à reconnaître ses symptômes et à se prendre en charge, sans compter l’aide parfois nécessaires des médicaments.

La Technique Alexander se base sur le constat que toute stimulation intense soudaine ou prolongée provoque chez l’être humain un ensemble de contractions musculaires que l’on peut assimiler, sur le plan physique, à la réaction de sursaut ou de surprise. Cette réaction est commune tous les êtres humains et se caractérise par une augmentation de tension autour des yeux et dans le visage, qui descend dans le cou et se propage dans tout le corps, selon un ordre de progression précis.

Chez l’individu stressé ce schéma neuro-musculaire devient chronique et il devient incapable de se contrôler en face des différentes situations créées par la vie ou par lui-même. Ce schéma emprisonne l’individu et provoquera inévitablement les mêmes réactions habituelles dans chaque situation stressante pour un individu donné. Et les mêmes erreurs, les mêmes douleurs, les mêmes peurs se manifesteront.

En suivant les principes de la Technique Alexander, nous apprendrons à reconnaître ce schéma de tensions, à percevoir son apparition et à le stopper, de manière à neutraliser le stress qui y est associé.

Les conseils que l’on reçoit ou les promesses que l’on se fait ne suffisent pas à mettre en pratique nos bonnes résolutions concernant la gestion de notre stress. La Technique Alexander propose l’application et la vérification de procédures pratiques pour améliorer le contrôle de nos mécanismes posturaux dans les situations réelles de la vie. Cette expansion autorisée du corps crée les conditions nécessaires en nous pour gérer notre vie posément et mettre un frein à toutes ces manisestations qui la rendent plus difficile qu’elle ne l’est réellement pour la plupart d’entre nous.


Voir aussi: Du stress? Non, merci, pas pour moi.


Alexander Technique Brussels

This page is also available in: Anglais