La Technique Alexander et la douleur chronique

douleur-nuque

L’organisme meurtri envoie à partir du siège de la douleur un signal de détresse au cerveau pour lui permettre de localiser les zones trop tendues, traumatisées ou malades. Le cerveau réagit entre autre par une accélération cardiaque, une augmentation de la respiration, des contractions musculaires de protection contre cet ennemi intérieur.

Ces contractions musculaires excessives peuvent devenir chroniques et finissent alors par fausser la perception que nous avons de nous-mêmes, empêchant une interprétation correcte des sensations enregistrées.

Ces processus naturels qui nous permettent de continuer à fonctionner dans la difficulté tendent à agir contre nous dans le cas de la douleur chronique parce qu’un pouls trop rapide et une respiration trop courte peuvent devenir habituels. Quand nos muscles restent contractés, la circulation sanguine est dérangée. Cela peut alors affecter la qualité de nos mouvements. Tous ces éléments ont également un effet sur la santé des tissus. En fin de compte, le corps tout entier peut se retrouver pris au piège de la douleur chronique. Cette dernière porte atteinte à notre potentiel de santé en limitant sérieusement notre rapport au monde et le fonctionnement de notre organisme, et peut finalement conduire à l’anxiété, à la dépression.

Au cours de leçons individuelles, le professeur Alexander peut nous amener à progressivement libérer le corps et l’esprit des habitudes associées à la réaction à la douleur chronique afin de permettre aux réactions naturelles de l’organisme d’agir à nouveau correctement en notre faveur. Si vos douleurs ont une origine posturale ou musculaire, la Technique peut vous aider à vous en débarrasser complètement. Si leur origine est autre, apprendre par la Technique Alexander à utiliser son corps d’une manière optimale, en utilisant l’effort minimal et la tension nécessaire dans le mouvement, il est possible de faire passer l’organisme d’un état d’alerte à une certaine tranquillité, créant des conditions plus favorables à l’efficacité des traitements.

La personne qui souffre de douleurs chroniques peut être tellement prise par la douleur que son rapport avec elle lui fasse voir l’idée d’avoir à apprendre à mieux bouger comme totalement inutile et sans aucune relation avec son état. Dans ces cas-là, le professeur Alexander concentrera ses efforts sur l’élève couché sur une table de travail où l’expansion générale du corps et l’élimination des tensions excessives est mieux perçue, amenant l’élève à progressivement désirer participer plus activement à son bien-être. Il est en effet impossible d’amener une amélioration durable de l’état de quelqu’un sans sa coopération. En effet, sans comprendre, reconnaître et prévenir les habitudes de mouvement liées à ce qui nous fait souffrir, nous ne pouvons que retourner vers ce qui nous est familier, même si c’est la source même de nos difficultés et de nos douleurs.

Les pilules, les sirops, les massages, les exercices et les manipulations sont indiqués en leur temps et heure, mais pour la personne qui souffre de douleurs chroniques, ils peuvent facilement créer une situation de dépendance qui finit par ne plus offrir que de brefs soulagements parce que le corps de la personne qui souffre est rarement en état d’assimiler les changements que ces moyens produisent. La Technique Alexander, étant une pré-technique, peut offrir des fondements solides pour permettre un changement chez ceux qui souffrent de douleurs chroniques et peut apporter un changement dans l’expérience de la douleur en guidant le corps vers une nouvelle expérience du mouvement. Elle peut offrir de meilleures conditions de fonctionnement aux mécanismes respiratoires et posturaux qui sous-tendent toutes nos pensées concernant nos mouvements et aider à se dégager un peu plus de l’emprise de la douleur et commencer à s’ouvrir à la conscience du monde environnant.


Alexander Technique Brussels

This page is also available in: Anglais