Athanase Vettas – Bio

Athanase Vettas

J’enseigne la Technique Alexander à Bruxelles depuis janvier 1999, principalement sous forme de  cours individuels.

Je donne régulièrement des conférences sur les principes, les applications et les perspectives de la Technique Alexander.

J’anime aussi occasionnellement des ateliers d’introduction à la Technique Alexander pour le grand public et pour les professionnels du corps.

Informations sur cours, conférences et ateliers.


Je suis membre de l’association belge des professeurs de Technique Alexander de Belgique (AEFMAT www.fmalexandertech.be) et actif en son sein au Conseil d’Administration depuis 2003.

Mon intérêt pour l’évolution de la Technique Alexander dans un monde en mutation rapide m’a conduit depuis 2010 à participer aux réunions du réseau des associations nationales de Technique Alexander ATAS (www.alexandertechniqueworld.com) qui regroupe 18 pays qui travaillent dans le même esprit et avec les mêmes standards.


Je m’intéresse à toute d’application de la Technique Alexander: de la gestion de la douleur à l’affinement du geste de l’artiste, du musicien et du sportif; des positions de méditation ou de travail aux processus d’amélioration de la perception de soi.

Je m’intéresse cependant en particulier aux conditions de l’utilisation de soi liées à l’adaptation au stress dans le monde urbain moderne et à la gestion des réactions habituelles dans les rapports humains.


J’ai ‘rencontré’ la Technique Alexander pour la première fois en mars 1994 sous la forme d’un livre, attiré par son titre: The art of changing.

Je ne pouvais deviner en tendant la main pour le saisir que ma vie prenait un nouveau tournant.

J’ai acheté le livre. Je l’ai lu d’une traite le soir-même. Le lendemain je prenais rendez-vous pour ma première leçon de Technique Alexander. Trois mois plus tard, je désirais me former pour devenir professeur de Technique Alexander.

Pour faire court, j’ai été formé par Mme Betty Langford, de mars 1995 à décembre 1998.  Je lui dois ma nouvelle carrière et vocation. Je lui dois aussi bien sûr les bases de mon approche en Technique Alexander, qui s’inscrivent dans la lignée de l’enseignement de son formateur Walter Carrington (assistant de F.M. Alexander).

Elizabeth Langford (1929 -2009)
Elizabeth Langford (1929 -2009)

img107

J’ai ensuite, au cours des années, suivi nombre d’ateliers de recyclage et de cours particuliers auprès d’autres professeurs plus expérimentés, et je continue à le faire régulièrement, pour enrichir ma pratique et ma compréhension de la Technique Alexander.


Jusqu’à ma rencontre avec la Technique Alexander, ma vie fut assez insatisfaisante dans son ensemble, sans pour autant, loin s’en faut,  être malheureuse.

J’ai eu diverses occupations alimentaires et j’ai essayé plusieurs métiers. Parallèlement, en autodidacte, pour me nourrir et garder un sens à ma vie, je continuais à beaucoup lire, surtout dans le domaine des sciences humaines et de la philosophie.

Je n’arrivais cependant pas à trouver de voie ou de métier réellement satisfaisants et à trouver la paix en moi. Ma vie a réellement pris un nouveau tournant en mars 1994. Ce fut le début d’un long cheminement qui m’a ouvert de nouveaux horizons, notamment la rencontre avec le corps et une meilleure utilisation de moi-même.


J’aimerais ajouter que lorsque j’ai commencé à suivre des leçons de Technique Alexander, je n’avais pas ‘conscience’ d’avoir de problèmes particuliers, si ce n’est un certain mal-être et une douleur à l’effort au pouce droit, que je soignais depuis 3 ans.

Mes premières leçons de Technique Alexander n’eurent rien de spectaculaire.
J’en sortais allégé et confiant, et l’usage de ma main droite s’améliorait de semaine en semaine. Il y avait là un aspect mystérieux dans la Technique qui m’échappait totalement. Je suivais scrupuleusement les instructions de mon professeur et je constatais en parallèle une amélioration indéniable de mon état général.

Au bout de 3 mois, je n’avais plus aucun doute sur l’efficacité de la Technique Alexander et mon désir d’en savoir plus et d’en percer les ‘secrets’ grandissait jour après jour.

Je sais aujourd’hui qu’il n’y a pas de secret et qu’une meilleure utilisation de soi nécessite une application de tous les jours, comme toute chose que l’on veut mener à bien, avec méthode et consistance.


Avec le recul, je réalise que ma rencontre avec la Technique Alexander a comblé des précoccupations qui me poursuivaient  depuis l’adolescence.
La Technique Alexander me permet d’explorer jour après jour les limites du libre-arbitre d’une manière pratique en me permettant de me frotter à la possibilité qu’il m’est donnée de faire les choses et d’agir avec plus ou moins de conscience de ces limites dans le mouvement, à partir de mon corps, instrument premier dans mon rapport à la vie.


Athanase Vettas
Bruxelles – Belgique – E.U.
www.techniquealexander.be
LOGO MWSnap

This page is also available in: Anglais